2022-08-19

Qu’est-ce que le cadenassage ?

Le cadenassage est une mesure mise en place par le gouvernement du Québec dans le cadre du Règlement sur la santé et la sécurité au travail (RSST). Cette nouvelle procédure de sécurité agit sur la réduction du nombre d’accidents causés par des sources énergétiques et sur la protection des salariés lors d’opérations ou d’entretiens.

Toutefois, la norme CAN/CSA Z460-13 définit cette pratique comme étant une sécurité supplémentaire au dispositif d’isolement des énergies. Ce type de cadenas est utilisé pour augmenter le niveau de sécurité et bloquer l’alimentation en énergie durant les travaux de réparation, d’entretien ou de contrôle. Ce processus permet alors de contrôler ou de stopper l’alimentation en énergie d’un équipement ou d’un processus pour travailler en toute sécurité.

 

Différents types de cadenassage

Pour assurer la bonne mise en place de cette protection, différents types de cadenassage ont été mis en place par la CNESST.

1. Le cadenas à cléage unique

Méthode la plus connue, elle est aussi la seule à réellement pouvoir sécuriser l’environnement de travail avant intervention. Il doit être estampillé du nom du responsable ou d’un numéro de série pouvant identifier la personne l’ayant posé le plus rapidement possible.

2. Le cadenas de série

Ce type de cadenassage est mis en place lorsque vous devez intervenir sur différentes sources et différents types d’énergies présentent sur un même équipement. Il permet alors de contrôler plusieurs sources via une même méthode.

3. Le moraillon

Pour l’expliquer simplement, le moraillon est similaire au cadenas à cléage unique. La seule différence se trouve dans le nombre de personnes devant intervenir sur la même machine. Autrement dit, lorsque plusieurs interventions sont en cours, les ouvriers doivent poser leur cadenassage unique sur le moraillon jusqu’à la fin de celle-ci. La sécurité de chacun est donc assurée jusqu’à ce que le dernier cadenas soit retiré du moraillon.

4.La boîte de cadenassage

Contrairement aux méthodes précédentes, celle-ci est à mettre en place lors d’interventions de plus grandes ampleurs ou ayant de multiples cadenassages simples. Dans cette situation, un responsable du cadenassage sera désigné par le maître d’œuvre et aura la charge de verrouiller l’ensemble des sources d’énergie. Un verrouillage qui se fera avec une autre méthode, celle du cadenassage de série vu plus haut. 
 
Parce que cette pratique est en lien direct avec la sécurité, il existe bien d’autres méthodes de cadenassage pour préserver la sécurité des intervenants. D’ailleurs, ces méthodes s’accompagnent de processus de suivi très stricts et particuliers comme :
- L’étiquette de cadenassage avertissant les intervenants que la source est bien verrouillée. Elle comporte le nom du responsable, la date de cadenassage et la nature des travaux ; 
- La station de cadenassage étant le lieu où est regroupé l’ensemble du matériel, documents et accessoires pour le cadenassage, avec les coordonnées du responsable ; 
- Le registre (ou fiche) de cadenassage où se retrouve l’ensemble des informations liées aux opérations de cadenassage. Il permet également de connaître le nombre d’équipements et les personnes intervenantes. 

Pourquoi le cadenassage est-il important ?

Lorsque les interventions traitent avec diverses sources énergétiques (thermiques, électriques…), le cadenassage va venir en support. Autrement dit, il va venir ajouter de la sécurité à des interventions déjà considérées comme dangereuses ou à risques.
 

Réduire le risque d’accident

Ce processus est nécessaire afin d’éviter le démarrage involontaire des unités de puissance ou des machines lorsqu’une intervention est effectuée. Un accident qui pourrait causer des dommages physiques autant mineurs que majeurs.
 
Ainsi, le principal objectif du cadenassage est de réduire ou de supprimer les accidents en contrôlant les sources d’énergie.

Contrôler les sources d’énergie

En plus d’éliminer le risque d’accident, le cadenassage permet de contrôler les sources d’énergie durant les interventions de réparation ou de nettoyage industriel. Comme l’indique son nom, ce processus engage la pose d’un cadenas ou de dispositifs similaires (cités plus haut) afin de couper les sources d’énergie.
 
Cette pratique est mise en place pour des types d’énergie comme :
- L’énergie électrique (comme les moteurs et les générateurs de chaleur) ; 
- L’énergie hydraulique (comme dans les centrales hydrauliques) ; 
- L’énergie pneumatique (comme les moteurs à vapeur) ; 
- L’énergie mécanique (comme les pompes présentes dans les éoliennes) ; 
- L’énergie thermique (comme le dégagement de mazout) ; 
- L’énergie chimique (comme le déversement de produits chimiques) ; 
- L’énergie de rayonnement (comme les rayons X ou ultra-violets). 

Comment faire une fiche de cadenassage ?

Toutefois, la mise en place d’un cadenassage sur ces sources n’est pas le seul élément permettant de garantir la sécurité des intervenants. En effet, la mise en place de processus de contrôle comme la fiche de cadenassage est extrêmement importante.

Ainsi, fonctionnant comme une relation de cause à effet, un remplissage partiel ou incorrect de la fiche de cadenassage peut entraîner une défaillance du système de sécurité et donc augmenter le risque d’accident.

Pour éviter cela, voici quelques conseils pour bien remplir sa fiche et garantir le bon fonctionnement de son cadenassage.

1. Identifier la machine

Comme nous venons de le dire plus haut, le cadenassage garantit l’arrêt de l’ensemble de sources d’énergie alimentant une machine. Une procédure de sécurité pour les intervenants. Ainsi, identifier la machine avec son emplacement, sa codification, le nom ainsi que le numéro est important. Ces informations permettent de savoir sur quelle machine sont effectuées les interventions et qui en est le responsable.

2. Identifier le responsable

Cette mesure permet de rapidement identifier et connaître la personne en charge du cadenassage. Le but étant de savoir à qui s’adresser en cas d’accident, de panne ou de dérèglement du cadenassage.

3. Identifier et localiser les dispositifs de commande et de coupure d’énergie

Comme pour l’identification de la machine, la fiche de cadenassage comprend également l’identification et la localisation des dispositifs de commande et de coupure d’énergie. Connaître cela réduit le risque d’accident et augmente le taux de réactivité en cas de dysfonctionnement du processus de sécurité.
Ainsi, en connaissant la machine, l’intervenant responsable ainsi que la localisation du centre de contrôle, le cadenassage sera d’une plus grande efficacité. 

4. Déterminer le type et la quantité de matériel nécessaire au cadenassage

La fiche de cadenassage n’a pas uniquement un rôle préventif. Elle permet également de suivre les informations logistiques en lien avec le cadenassage. En se référant à cette liste, les responsables connaissent le nombre de cadenas et de moraillons utilisés et à utiliser. Mais aussi les caractéristiques de l’ensemble des autres accessoires nécessaires au cadenassage.

Une gestion des stocks et logistiques nécessaires au suivi des matériels et de leur utilisation.

5. Décrire les étapes pour cadenasser l’équipement

Finalement, cette fiche de cadenassage est aussi un guide de cadenassage. En plus de regrouper l’ensemble des informations nécessaires à la sécurité et au suivi du matériel, elle liste les étapes et les démarches à suivre pour garantir un cadenassage parfait.

Ainsi, les ouvriers ont la possibilité de se référer à cette fiche lorsqu’ils doivent cadenasser une source d’une manière spécifique ou qu’ils ne connaissent pas. Pour plus de renseignements sur cette procédure de sécurité, n’hésitez pas à contacter nos spécialistes dès maintenant